samedi 4 juin 2011

Duflot plébiscitée à la tête d'Europe Écologie-Les Verts

Cécile Duflot a été réélue secrétaire nationale d'EELV samedi, avec 92,7% des voix. Les écologistes sont arrivés à «maturité», a-t-elle plaidé, alors que des déclarations de Nicolas Hulot la veille ont alimenté les discussions.

Cécile Duflot n'aura pas eu l'occasion de savourer totalement sa victoire. Plébiscitée samedi à la tête d'Europe Ecologie-Les Verts par 92,7% des voix des délégués EELV, la secrétaire nationale du mouvement écologiste a dû composer toute la journée avec les déclarations inattendues de Nicolas Hulot, qui a avoué à des journalistes avoir envisagé pendant un «court temps» un partenariat avec Jean-Louis Borloo pour 2012. Interrogée peu avant le vote des délégués, Cécile Duflot a fermement rappelé que «la stratégie [était] d'une limpidité absolue». Il n'y a «aucune alliance avec aucun représentant de la majorité présidentielle», a-t-elle dit.
Pour Cécile Duflot, les déclarations de l'ancien présentateur de télévision ne sont pourtant pas ce qui se dégagera du congrès de La Rochelle. «J'ai la conviction profonde que nous nous souviendrons tous du premier congrès d'Europe Ecologie-Les Verts, [comme du] congrès de l'unité, de la responsabilité de la maturité des écologistes», a-t-elle dit, à la tribune, après plusieurs minutes de standing ovation à l'annonce des résultats.

«Les portes resteront ouvertes»

Cécile Duflot s'est donc engagée à ce que «l'esprit de La Rochelle soit préservé, poursuivi, amplifié quelles que soient les péripéties que nous allons traverser». «Tant que je serai secrétaire nationale, il n'y aura aucune clef à donner ou à prendre, les portes resteront ouvertes», a-t-elle également souligné, très applaudie pour ce tacle à Marie Bové qui dans l'après-midi lui avait «remis les clefs d'EELV» sous les huées. La fille de José Bové était deuxième de liste de la motion de Daniel Cohn-Bendit, largement battue dimanche dernier par celle de la patronne sortante devant les militants (26,55% contre 50,25%).
Désormais, «il est de notre responsabilité d'organiser la conversion écologique», a souligné Cécile Duflot, «nous avons un devoir de réponse face à la social-démocratie fatiguée et au libéralisme débridé». Il faudra «porter l'espoir qu'une autre politique est possible» face au «projet de haine» de Marine Le Pen et son «cortège de détestation», a-t-elle affirmé. Mettant la pression sur le Parti socialiste pour 2012, elle a aussi assuré : «oui il y aura une loi de sortie du nucléaire en 20 ans» et il faudra «le droit de vote des résidents étrangers et la fin du cumul des mandats» dans l'accord de gouvernement.
source:http://www.lefigaro.fr/politique/2011/06/04/01002-20110604ARTFIG00496-duflot-plebiscitee-a-la-tete-d-europe-ecologie-les-verts.php


video

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire